Pourquoi adopter une approche éco-responsable ?

← Blog


En 2015, je m’interrogeais déjà sur le sens de mon métier. Il y a 4 ans, j’ai commencé à m’intéresser au #PositiveImpact, et ce fut également un motif pour rejoindre INSIGN. Mais depuis, je n’ai fait qu’effleurer de loin cette responsabilité qu’on se doit pourtant tous d’avoir. En tant que designer, j’estime que nous l’avons encore plus, car nous avons la capacité de concevoir mieux, et c’est justement notre métier de mettre en place de bons designs ! De nouveau à mon compte depuis 6 mois, j’ai l’opportunité de me plonger plus librement dans ces sujets, et je vous partage donc ici mes premiers retours.

L’éco-conception, une démarche sincère

Depuis quelques temps déjà, émerge une tendance « Green », ce qui est positif en soi. Comme je le répète : tous les gestes comptent ! Cependant, la sincérité de cette démarche est souvent sujette à des doutes légitimes, et lorsqu’ils sont avérés, on est face au fameux « Green Washing ». C’est pourquoi je tiens à préciser mes motivations personnelles.

Malheureusement, de mon côté, c’est plus la vision d’effondrement et du monde que nous laissons à nos enfants qui m’auront poussé à franchir le pas. La parentalité, ça te change une personne ! ^^ Je ne suis moi-même pas parfait. Mais aujourd’hui, il n’est plus question de se sentir légitime ou pas. L’heure n’est plus à l’inaction, mais à l’apprentissage et à l’action. Ainsi, je m’efforce de me former continuellement aux meilleures pratiques en matière de développement durable (efficacité énergétique, gestion des ressources, réduction des déchets) de design éthique (inclusion et accessibilité, design déceptif, vie privée), et d’intégrer ces approches dans mes projets.

J’ose croire que nous arriverons collectivement à raisonner l’humanité et son incroyable capacité à s’auto-détruire !

Se former au design responsable

Concrètement, depuis avril, j’ai entrepris différentes actions. Cela inclut l’exploration des référentiels :

J’ai également suivi différentes conférences, en live ou en ligne, écouté des podcasts, lu de nombreux articles pour approfondir mes connaissances dans ce domaine.

Déjà certifié OPQUAST, il s’agit de maintenir ce haut niveau de qualité en web mais aussi d’appliquer les équivalents dans le print. Mes objectifs futurs incluent la poursuite de ma formation sur l’éco-conception et l’accessibilité, spécifiques à mes métiers en numérique ou en impression, mais aussi d’un point de vue plus systémique, au travers des fresques du climat et du numérique. Je prévois également de renforcer mon réseau de personnes partageant les mêmes préoccupations, de collaborer avec d’autres designers et développeurs éthiques pour participer activement à des projets à impact positif.

DZGND.studio, mon premier site internet éco-conçu « Test and learn »

Le vieillissement de dsigned.me (mis-en-ligne début 2018), additionné aux changements de nom et de positionnement étaient opportuns à la refonte de mon site internet, et à la concrétisation de cet engagement. Malgré l’existence d’autres solutions plus éco-conçues, j’ai choisi de poursuivre avec WordPress, ma spécialité depuis plus de 10 ans, et montrer l’exemple en l’optimisant.

J’ai encore du travail ici, mais je ne suis pas peu fier du rendu actuel : une note EcoIndex entre B et C selon les pages ; et un joli 93 / 100 / 100 / 100 (Desktop) et 96 / 97 / 100 / 96 (Mobile) sur Lighthouse. J’ai encore des améliorations à finaliser, mais je rendrai publique mon code prochainement. En se comparant au marché, ce n’est pas trop mal pour un début !

Pour rappel, WordPress propulse plus de 43% du web, soit plusieurs millions de sites. Réduire son impact environnemental est crucial lorsque vous avez une telle portée. Une team Sustainability s’est formée en mai dernier au sein de la communauté. J’espère également pouvoir y apporter ma contribution.

Alors que la vitesse d’internet s’accélère, les sites web ne suivent pas le rythme et ne se chargent pas plus rapidement. La taille médiane d’une page web était de 530 ko en 2008. Aujourd’hui, elle atteint 2150 ko. Cette surcharge numérique a un coût environnemental considérable. L’éco-conception des sites web consiste à faire des choix éclairés, à réduire la quantité de ressources nécessaires à leur fonctionnement, et à optimiser leur performance.

Éco-conception digital, mais aussi print, et surtout systémique !

Lorsqu’on aborde l’éco-conception, il paraît évident de citer : designs d’interface plus épurés et sombres (« dark mode »), réduction des poids des pages, images et scripts, suppression des vidéos et/ou de la lecture automatique, du défilement infini (« infinite scroll »), hébergements verts, et autres pour diminuer la consommation d’énergie et les émissions de CO2. Voici quelques outils et liens pratiques :

Il s’agit ici principalement de ressources relatives à l’éco-conception numérique, mais l’éco-design s’applique également au print. Et là, on pense matières recyclées, graphismes économiques en encre, et j’en passe… un billet dédié à l’éco-conception print ou l’éco-branding serait plus exhaustif !

En fin de compte, la première question à se poser, que ce soit pour un service numérique ou pour des impressions, est : est-ce réellement nécessaire ? Dans une optique éco-responsable, le meilleur déchet est celui que l’on n’a pas produit. Cela implique que la réflexion doit débuter dès le stade de la conception et de manière systémique : déterminer les besoins rééls et y répondre en minimisant l’impact environnemental à tous les niveaux, pas uniquement à l’échelle du produit ou du service. La réparabilité et le réemploi doivent être considérés pour un cycle de vie durable et vertueux.

  1. Good design is innovative
  2. Good design makes a product useful
  3. Good design is aesthetic
  4. Good design makes a product understandable
  5. Good design is unobtrusive
  6. Good design is honest
  7. Good design is long-lasting
  8. Good design is thorough down to the last detail
  9. Good design is environmentally-friendly
  10. Good design is as little design as possible
Dieter RAMS

Sensibiliser et renforcer une action collective

Outre ces actions, je m’efforce de sensibiliser mes interlocuteurs : prospects, clients, partenaires, amis. L’idée n’est pas d’être moraliste et blâmer les comportements individuels n’est pas la solution, mais nous pouvons exercer notre propre influence. Les acteurs du secteur de la communication doivent être responsables de la durabilité en adoptant des pratiques et des politiques visant à promouvoir une culture qui réduit son impact sur l’environnement, en interne et chez leurs clients. Je crois en la puissance de la communauté pour catalyser le changement.

Il est temps de repenser la manière dont nous concevons et développons des sites web ou des supports imprimés, en prenant en compte l’efficacité énergétique, la gestion des ressources et la réduction des déchets. Je le répète, le design a un rôle important à jouer dans notre transition vers un avenir meilleur. Il ne doit pas seulement être esthétique, mais surtout réfléchi et utile.


Avatar de DZGND

Commentaires

0 réponse à “Pourquoi adopter une approche éco-responsable ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *